Les viticulteurs et les vignerons victimes injustifiées des compagnes de sécurité et hygiéniste

C’est le constat délivré par le ministère de l’Agriculture, la consommation de vin à diminuer de 5 % par rapport à l’année dernière, surtout en vin rouge. La consommation en vin devrait continuer sa baisse d’ici 2020, alors que la consommation mondiale poursuit sa progression. Les compagnes de sensibilisation contre l’alcool sont mises en cause. En effet, une étude menée en 2013 par M.I.S Trend sur la diminution de la consommation du vin en France, a montré que 66 % des sondés ont affirmé qu’ils ont limité leur consommation en vin par peur de dépasser la limite autorisée du taux d’alcool dans le sang qui est de 0.5 g/L.

 

Les compagnes de sensibilisation contre l’alcool au volant

Des compagnes publicitaires portant des slogans et des images exagérés ont prouvé leur efficacité. Mais la vérité est loin d’être aussi exagérée. Une consommation de vin raisonnable et réfléchie n’empêche pas le consommateur de bien conduire sans se mettre pour autant en danger.

En effet, cette compagne de 0.5 g/L= un verre, continue d’avoir un impact sur la diabolisation injustifiée de l’effet de la consommation du vin sur les conducteurs. Selon des scientifiques, boire une bouteille de vin avec une autre personne au cours d’un repas, n’affectera pas votre façon d’agir ou de conduire puisque votre taux d’alcool dans le sang ne dépassera jamais le 0.5 g/L. Cette fausse information, de un verre équivaut à 0.5 ‰, a poussée certains français à s’abstenir complètement à boire du vin.

Selon des statistiques officielles, les accidents de voiture provoqués par des conducteurs qui ont bu, leur taux d’alcoolémie est généralement entre 1.3 et 1.7 g/L dans le sang. Or, pour pouvoir atteindre ce taux d’alcoolémie, il faut avoir consommé une très grande quantité d’alcool ou bien de boire très souvent pour être dépendant d’alcool. Alors que pour un consommateur normal, on ne peut en aucun cas, atteindre ce taux très élevé d’alcool dans le sang. En plus, ces personnes sont les plus prudentes sur la route et causent moins d’accidents. En effet, la compagne de sécurité routière se trompe de cible, en diabolisant la consommation d’alcool.

Les conséquences de ces compagnes

Ces compagnes ont eu une conséquence sur toute la filière viticole, du vigneron au chai en passant par le négoce. Le jeune propriétaire de l’entreprise centenaire Raphaël Michel, le négoce en vin, a bien ressenti la différence entre la production de vin et la demande qui ont considérablement diminué d’une année à une autre. La France, premier pays exportateur de vin, atteindra d’ici 2020, une baisse de consommation pouvant atteindre 13 %. « En plus de ses compagnes sécuritaire, on retrouve les compagnes de santé qui associent alcool et effets néfastes sur la santé, alors que de nombreuse études ont prouvé l’effet bénéfique de la consommation raisonnable du vin sur la santé cardio-vasculaire, grâce aux antioxydants contenus dans le vin. » Comme a expliqué le dirigeant du négoce en vin Raphaël Michel.

Il faudra que le gouvernement pense à créer une compagne informative plus correcte afin de responsabiliser d’avantage les citoyens, en leur rectifiant les fausses idées qui circulent.